Jan De Nul assure des plages propres sur la côte méditerranéenne française

Le savoir-faire ainsi que les compétences de Jan De Nul Group sont mis à contribution pour le nettoyage des plages de la Méditerranée contaminées aux hydrocarbures.Cette semaine, Envisan, filiale environnementale de la société de dragage et de construction luxembourgeoise, a signé un contrat avec l’entreprise française Le Floch Dépollution pour la dépollution du sable contaminé au sein de son centre de traitement et de valorisation de sédiments et terres à La Seyne-sur-Mer. Les compagnies d’assurances des armateurs ont retenu la société Le Floch Dépollution , pour faire face aux conséquences de la pollution accidentelle maritime du littoral de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Début octobre, deux navires sont entrés en collision en Mer Méditerranée entrainant une fuite d’hydrocarbures par l’une des soutes à carburants. Une partie de la pollution a directement été captée en mer, mais au bout de quelques jours, une grande partie a atteint les plages du sud-est de la France et plus particulièrement le littoral varois. La Préfecture du département du Var a dû interdire l’accès aux plages au public. Aujourd’hui encore, du résiduel d’hydrocarbures s’échouent sur des plages du littoral.

Envisan a obtenu mandat pour traiter tout le sable contaminé au sein de son centre de traitement et de valorisation de sédiments et terres à La Seyne-sur-Mer. Le sable sera décontaminé par lavage physicochimique. Pour l’instant, il s’agit d’environ 2.000 tonnes de sable. Cependant, ce quantitatif pourrait encore augmenter.

Actuellement, en concertation avec les instances environnementales locales, Envisan étudie la possibilité de réutiliser un sable propre pour recharger les plages en déficit. Un bel exemple d’économie circulaire.

Le centre de traitement et de valorisation de sédiments et de terres d’Envisan dans l’aire Toulonnaise

Au cours des dernières années, en tant qu’entreprise environnementale, Envisan a développé un réseau de centres de dépollution de sédiments et terres. Cinq centres en Belgique et un dans le sud-est de la France. Le centre français, ouvert depuis fin 2015, offre aux secteurs de la construction et maritime français une solution pour les terres et sédiments de dragage contaminés. Dans ce centre, les sédiments peuvent être déshydratés en lagunes et/ou à l’aide de filtres-presses. Depuis cette année, le centre dispose également d’une installation de traitement physicochimique pouvant laver et rendre à nouveau propres (valoriser) des terres et sédiments impactés.