Jan De Nul Group conserve une position solide

PRINCIPAUX CHIFFRES

Chiffre d’affaires en hausse à 2.244 millions EUR (+10%) 
EBITDA enregistre 632 millions EUR (+51%)
Le Bénéfice net est de 265 millions EUR (+83%)
Ratio de solvabilité extrêmement solide de 56% grâce à la réserve de bénéfice très poussée 
Libre de dette nette pour la seconde année consécutive 
Investissements stratégiques ciblés 
Portefeuille de commandes stable de 2,7 milliards EUR

Solides prestations malgré la situation difficile du marché 
Sur de nombreux fronts, 2015 a été une année de grands défis. L’économie mondiale a enregistré une croissance fort ralentie, et les pays BRICS aussi ont évolué en sens négatif. En outre, les prix pétroliers ont chuté à des niveaux jamais égalés. Malgré ces circonstances Jan De Nul Group a su relever ce défi considérable, de réaliser un bon résultat en 2015. Grâce à sa diversification, tant au niveau de ses activités qu’au niveau géographique, le groupe a répondu aux attentes de ses clients. 

Le marché du dragage traditionnel a enregistré une croissance limitée. En outre, la part du marché libre a atteint 50% du volume de dragage total, avec difficulté. Le point positif,  est le grand projet du Canal de Suez en Egypte. Au total, six entrepreneurs ont dragué 263 millions de m³, dont Jan De Nul Group a eu pour mission de draguer 93 millions de m³, soit 35,4%,  du marché à lui seul. Une véritable prouesse, étant donné les risques opérationnels et les délais contraignants. L’achèvement réussi de ce projet contribue en grande partie à la force des résultats de l’exercice pour le groupe. En outre, les activités du groupe ont été diversifiées en particulier vers le marché africain, avec la signature de quelques marchés de dragage importants.

Au sein des travaux de génie civil, Jan De Nul Group étend également ses activités au niveau géographique vers le Benelux et le marché international. Le marché public belge souffre actuellement d’un climat d’investissements limités en infrastructures. La division civile a toutefois pris en charge de nombreux projets privés, entre autres dans les secteurs des soins, de la santé et la construction résidentielle. Sur le marché PPP, le groupe poursuit activement le projet autoroutier A11 Brugge-Knokke. Fin 2015, les premiers pas ont enfin été posés aux Pays-Bas grâce à l’attribution du projet d’aménagement du troisième volet de l’écluse Princesse Beatrix et de l’élargissement du Lekkanaal. En outre, en 2016, le groupe a entamé la construction d’un viaduc  au Luxembourg, Irbich Clervaux.

Également à l’étranger, la division civile de Jan De Nul Group poursuit la construction de projets intégrés en collaboration avec la division dragage, comme la construction de quais au Ghana (Takoradi) et à Panama pour Port of Singapore Authority (PSA).

L’activité environnementale défend, avec succès, sa part de marché en Belgique , en partie grâce à l’expansion continue de PSR Brownfield Developers. De plus, 2015 a également vu une évolution importante à l’étranger avec des projets en Suède et en Norvège. Pour répondre à la demande croissante sur le marché du traitement des sédiments, un nouveau centre de traitement de sédiments et de terres a été inauguré en France, près de Toulon. En Belgique, la construction d’un tel centre a également commencé à Liège.

Le marché offshore lié au gaz et au pétrole aussi subit la pression du rétrécissementdu marché. Mais ici aussi, Jan De Nul Group a mis en œuvre une politique de diversification avec la réception du navire poseur de câbles Isaac Newton et l’acquisition du navire jack-up Vole au vent pour l’installation d’éoliennes.  A travers ces avancées stratégiques, Jan De Nul se positionne sur le marché des énergies renouvelables, stimulé par la conférence de Paris sur le climat et les objectifs 20-20-20 de l’Union européenne.

Chiffre d’affaires croissant et EBITDA record
Par rapport à 2014 le chiffre d’affaires est en hausse d’environ 10% et atteint 2.244 millions euros. Ainsi, il dépasse pour la cinquième année consécutive le cap de 2 milliards d’euros. Cette hausse du chiffre d’affaires est due en grande partie à l’exécution réussie d’une série de grands projets : la réalisation du Canal de Suez, en Egypte, l’expansion portuaire au Ghana (Takoradi), la construction d’un terminal portuaire à Panama, l’extension de l’aéroport de Brisbane en Australie et l’aménagement d’un terrain portuaire pour une raffinerie pétrolière au Nigeria. L’EBITDA affiche également une forte hausse et se clôture à un montant record de 632 millions d’euros. Ainsi, le chiffre d’affaires, l’
EBITDA atteint 28% du chiffre d’affaires global de JAN DE NUL GROUP, largement au-delà de l’objectif de l’entreprise qui était de 20 à 25%. Parallèlement, le bénéfice net  s’élève à 265 millions d’euros.

En 2015, Jan De Nul Group a réalisé 72% de son chiffre d’affaires en activités de dragage et travaux offshore, 25% en activités de génie civil et 3% en activités environnementales.

D’un point de vue géographique, en 2015 comme les années précédentes, Jan De Nul Group a réalisé environ 1/3 de son chiffre d’affaires en Europe. 2015 représente une année forte sur le marché africain, en plein développement, avec des projets entre autres en Egypte, au Nigeria, au Ghana, en Côte d’Ivoire et au Maroc. Ainsi, la part du marché africain dans le chiffre d’affaires évolue de 9% en 2014 à 24% en 2015.

Structure financière : solide comme le roc
Les fonds propres du groupe sont en hausse et atteignent 2.635 millions d’euros. Cette croissance de 10% est attribuable à la mise en réserve continue du bénéfice net. Le ratio de solvabilité du groupe, actuellement de 56%, est donc un des plus élevés dans le secteur.

Malgré la politique d’investissement continue, pour la seconde année consécutive, Jan De Nul Group a une valeur de dette nette de zéro et renforce même sa position de liquidité nette en 2015 pour atteindre 375 millions d’euros.

En outre, début 2016, le crédit syndiqué de Jan De Nul Group a été renouvelé. De ce fait, un tampon de liquidité supplémentaire de 550 millions d’euros est à la disposition du groupe jusqu’en 2021.

Investissements stratégiques ciblés 
En 2015, Jan De Nul Group a de nouveau investi de façon ciblée dans l’expansion et la diversification de sa flotte.

  • Deux nouveaux navires offshore polyvalents, le Daniel Bernoulli et l’Adhémar de Saint-Venant, sont en construction en Chine. Il s’agit de navires d’enrochement et poseurs de câbles, d’une capacité de chargement de 6.000 tonnes chacun.
  • En novembre 2015, le navire offshore polyvalent Isaac Newton a été réceptionné. Le navire a une capacité de chargement de plus de 12.000 tonnes, lui permettant de transposer et poser de très longs câbles ininterrompus.
  • La construction d ‘une nouvelle drague à désagrégateur est en cours sur un chantier naval en Croatie (Pula). Le navire, équipé d’une méga-puissance de 40.975kW, sera la drague à désagrégateur la plus puissante au monde.
  • La réception du navire ponton à grue de 4.000 tonnes, Gulliver, est prévue mi-2017.
  • En outre, en 2015, Jan De Nul Group s’est positionné de façon proéminente sur la carte dans le secteur des parcs éoliens offshore par l’acquisition du navire installateur Vole au Vent. Cette acquisition va également de pair avec la reprise de l’équipage spécialisé présent.

En 2015, Jan De Nul Group a également investi dans l’expansion de ses activités par l’acquisition des Entreprises Générales Soetaert SA à Ostende. L’entreprise se spécialise en hydrologie et techniques de fondation complexes. La culture et les activités de cette entreprise familiale sont parfaitement complémentaires à celles de Jan De Nul Group. On prévoit aussi des synergies importantes par l’emploi de leur connaissance spécialisée à l’étranger.

Carnet de commandes stable

2015 se clôture sur un carnet de commandes de 2,7 milliards euros, une légère hausse par rapport à 2014 et une forte performance vu les conditions difficiles du marché .

Quelques projets marquants dans le carnet de commandes :

  • La poursuite de la construction du projet de remblaiement de grande envergure au Nigeria avec l’usage des plus grandes dragues à élinde traînante de la flotte de Jan De Nul Group : Leiv Eiriksson, Cristóbal Colón et Gerardus Mercator.
  • En décembre 2015, la seconde phase de la construction du port de Takoradi au Ghana a été adjugée à Jan De Nul Group. Ces travaux ont commencé début 2016.
  • Les travaux de dragage et de génie civil pour l’expansion du terminal à conteneurs de PSA Panama.
  • L’installation du parc d’éoliennes offshore Nobelwind au large de la côte belge. Avec ce projet Engineering-Procurement-Construction-Installation (EPCI), Jan De Nul Group assure l‘installation complète d’un parc d’éoliennes : des fondations aux turbines. Les préparatifs ont commencé en 2015 et les travaux d’installation en soi débutent en mai 2016. Le projet sera réceptionné courant 2017. Le navire d’installation jack-up Vole au vent, acquis par Jan De Nul Group en 2015, sera déployé pour ce projet.
  • Des contrats de câblage au Moyen-Orient et au Royaume-Uni qui seront réalisés avec le tout nouveau navire poseur de câbles Isaac Newton.
  • La construction de l’écluse Princesse Beatrix aux Pays-Bas. La construction de l’écluse devrait être terminée en 2019, suivie d’une période d’entretien de 27 ans. En remportant ce projet, Jan De Nul Group confirme sa riche expérience, acquise lors de la construction des écluses de Panama et de l’écluse de Kieldrecht d’Anvers.

Bien entendu, le groupe poursuit la construction d’une série de projets de grande envergure déjà adjugés, dont en Belgique l’A11 à Bruges et le Résidence Palace, le nouveau siège du Conseil de l’Europe.

Début 2016, ont également été signés quelques contrats importants, non repris dans le montant susmentionné de 2,7 milliards d’euros: un projet de pose de câble pour un parc éolien allemand en mer, des travaux de régénération de plage en Italie, les travaux de dragage d’approfondissement du chenal d’accès du port égyptien d’Abu Qir, les travaux de dragage d’approfondissement au Mozambique (Maputo), les travaux d’extension portuaire de Pointe-Noire au Congo Brazzaville et les travaux de dragage pour la construction de West Med Port à Nador (Maroc).

La sécurité, une préoccupation continue

Jan De Nul Group accorde énormément d’importance à l’amélioration continue du contrôle opérationnel produisant un environnement de travail plus sûr au sein du groupe. En 2015, un nouveau programme de sécurité a été lancé à cet effet : IMAGINE – THINK – ACT (ITA). Avec son programme ITA, Jan De Nul Group vise la hausse de l’efficacité des travaux, un déroulement contrôlé des processus et la hausse permanente de la sécurité de tous les collaborateurs, y compris la direction.