Les herbiers marins protègeront nos côtes et atténueront l'impact du changement climatique

Université de Gand, Jan De Nul, DEME et CCMAR innovent avec ‘PLANT a Million sEagrasses’

L’Université de Gand a reçu un mandat d’assistant ‘Baekeland’, et le soutien et la coopération de Jan De Nul Group, de DEME Group et de l’institut maritime portugaise CCMAR pour son étude doctorale "PLANT ME". Cette recherche vise la protection durable de littoraux vulnérables en utilisant les herbiers marins. La présence d’herbiers marins est en déclin dans le monde entier, sous l’impact de la dégradation de la qualité de l’eau, de maladies phytosanitaires, du changement climatique et de l’érosion côtière. Avec le projet innovateur ‘PLANT ME’, les chercheurs veulent rendre possible le rétablissement de cet écosystème en développant une nouvelle technique de plantation de zostères.

Les partenaires dans ce programme de recherche, l’Université de Gand, Jan De Nul Group, DEME Group et CCMAR, regroupent leur expertise en tant que chercheurs et ingénieurs hydrauliques afin de renforcer la biodiversité de la planète. Les partenaires collaborent également dans le cadre du projet Coastbusters, un projet de recherche axé autour d’une forme naturelle de défenses côtières. C’est ici que le concept ‘PLANT ME’ a vu le jour. Il se consacre à la protection de littoraux par la plantation d’herbiers marins.

Dans le monde entier, les herbiers marins disparaissent depuis des décennies et continuent à le faire sous l’impact de la dégradation de la qualité de l’eau, de maladies phytosanitaires, du changement climatique et de l’érosion côtière. Ces herbiers marins sont toutefois très importants pour les littoraux peu profonds, car ils constituent un habitat pour la flore et la faune sous-marine de grande diversité et captent plus de CO2 que les forêts pluviales. En outre, les herbiers marins réduisent la puissance des vagues jusqu’à 75%, enrayant ainsi considérablement l’érosion.

Avec "PLANT ME", les partenaires de recherche veulent rendre possible le rétablissement de ce précieux écosystème côtier en développant une nouvelle technique de plantation de zostères. Le grand avantage de cette méthode est qu'elle est peu coûteuse à produire et biodégradable. Grâce à cette nouvelle technique, de nouveaux champs d'herbe marine peuvent être facilement et rapidement plantés dans des écosystèmes côtiers peu profonds.

Emile Lemey, Ingénieur de Développement des Projets chez Jan De Nul Group: “Les herbiers marins constituent une des principales végétations dans l’océan. Ils offrent un abri pour les jeunes poissons et protègent le fond de mer sur lequel ils poussent. Avec ‘PLANT ME’, Jan De Nul veut contribuer à la préservation de cet écosystème marin précieux en étudiant et en élaborant de nouvelles techniques de culture et de plantation.”

Tomas Sterckx, Chef de Projet chez DEME: “Dans le cadre de nos efforts de durabilité, DEME veut développer et aviver des écosystèmes maritimes, côtiers, fluviaux et terrestres et ainsi étoffer une vaste gamme de solutions fondées sur la nature. Cette initiative cadre parfaitement dans nos propres objectifs de durabilité et nous voulons exploiter au maximum notre expertise pour soutenir ce projet innovateur.”

Riccardo Pieraccini, étudiant PhD à l’Université de Gand: “Les herbiers marins dominent les zones littorales de chaque continent, sauf l’Antarctique. Les herbiers marins créent des habitats uniques, supportent la biodiversité des écosystèmes côtiers, et sont bénéfiques pour les populations animales et humaines. Les zostères font office d’ingénieurs de l’écosystème, stabilisent le fond marin et réduisent l’érosion côtière. Le projet PLANT ME a pour mission ambitieuse d’inverser la perte des écosystèmes de zostères en créant une technique innovatrice de rétablissement à grande échelle basée sur des substrats naturels biodégradables ensemencés de zostères."

Aschwin Engelen, chercheur au CCMAR: “Ce projet et sa collaboration unique entre science et industrie pour développer de nouvelles techniques applicables à grande échelle pour le rétablissement des herbiers marins contribuera grandement au rétablissement futur nécessaire des herbiers marins et à la biodiversité marine côtière.”

Une solution fondée sur la nature

Changement climatique et érosion côtière représentent des défis importants. ‘PLANT ME’ cadre dans un nouveau courant dans la recherche de solutions innovatrices pour protéger les côtes de façon durable et efficace. Avant, on construisait des brise-lames et des digues, mais ceux-ci perturbaient souvent l’apport naturel de sable. De nos jours, les scientifiques développent des solutions qui impliquent également la nature : des solutions fondées sur la nature. Les éléments offerts par la nature sont déployés de façon innovatrice, durable et flexible pour protéger ce même habitat naturel. Ainsi, on protège non seulement l’homme, mais on favorise aussi les services offerts par la nature tels que la biodiversité à l’interface entre la terre et la mer.

À l’épreuve du temps et conforme aux Objectifs de Développement Durable

Le projet ‘PLANT ME’ fait partie d’une sérier de projets qui poussent l’industrie à innover dans le développement de solutions durables à l’épreuve du temps pour un monde meilleur. Les Objectifs de Développement Durable des Nations-Unies constituent un cadre de référence précieux à ce niveau. Avec "PLANT ME", l'équipe de recherche contribue à un ensemble d'objectifs axés sur le climat et la biodiversité. De plus, ce projet réunit le monde universitaire et celui des affaires afin d'obtenir des résultats concrets.

Les herbiers marins constituent une des principales végétations dans l’océan. Ils offrent un abri pour les jeunes poissons et protègent le fond de mer sur lequel ils poussent. Avec ‘PLANT ME’, Jan De Nul veut contribuer à la préservation de cet écosystème marin précieux en étudiant et en élaborant de nouvelles techniques de culture et de plantation.

Emile Lemey
Ingénieur de Développement des Projets chez Jan De Nul Group